Au quotidien, notre attention est sollicitée en permanence et on a une forte tendance à faire plusieurs choses à la fois.

Et si, en ce moment de confinement, on en profitait pour changer de paradigme ? Si on décidait de ralentir ? Pas pour devenir mou, apathique, mais pour enfin satisfaire notre besoin de continuité.

Alors, pour tous ceux qui en ont la possibilité, qui peuvent s’octroyer des moments loin des écrans et de cette fuite en avant permanente, pourquoi ne pas essayer de muscler son attention avec la méditation ?

La méditation nécessite de l’attention et l’attention permet la concentration. Mais développer son attention demande un réel effort car elle est très volatile et souvent perturbée ; il faut donc au début faire de gros efforts pour ignorer ces sollicitations ou vagabondages de l’esprit et revenir à sa méditation. Bien sûr, les choses deviennent de plus en plus faciles avec la pratique : c’est un véritable entraînement !

La méditation est une pratique très personnelle et chacun choisira un type de méditation en fonction de ses affinités ; ici, je vous parle de méditation de pleine conscience, une méditation laïque, qui me semble très abordable pour tous. Dans le cadre de la méditation de pleine conscience, des exercices sont proposés, tels que le scan corporel, le repas en pleine conscience, la marche, etc …

Mais savez-vous qu’en ce moment que l’on peut rendre privilégié, certaines activités peuvent aussentrer dans le cadre de la pleine conscience ? C’est ce que j’appellerais de la méditation « active » ; je la différencie de la méditation « passive », en position assise ou allongée, que nous avons plus l’habitude d’envisager. Dans les 2 cas, même si les pratiques sont différentes, le « résultat » est le même : l’attention est renforcée, musclée.

Pour ce qui me concerne, j’en pratique 2 assidument en ce moment : la pâtisserie et le dessin méditatif (ou Zentangle).

Puisque la formation de professeur certifié de Zentangle que je devais suivre en Allemagne au mois d’avril a bien sûr été annulée (et reportée en octobre prochain), j’en profite pour pratiquer ! J’avais déjà écrit un article sur la méthode il y a quelques temps (vous pouvez aller voir de quoi il s’agit plus précisément ici). Voici quelques-uns de mes carreaux, réalisés pendant le confinement.

La pâtisserie entre aussi dans le cadre des pratiques méditatives ! à partir du moment où l’on se concentre et que l’on est pleinement présent à l’activité à laquelle on s’adonne, la méditation est là ! Ici, ce sont des petites choses toutes simples mais elles me prennent toute mon attention. Je ne parle même pas de la satisfaction d’avoir réalisé quelque chose avec ses mains et de faire plaisir à sa famille…

Voilà, ce sont depuis le début du confinement mes deux activités de méditation que j’appelle « active » ; je la différencie de la méditation « passive », en position assise ou allongée, que nous avons plus l’habitude d’envisager. Dans les 2 cas, même si les pratiques sont différentes, le « résultat » est le même : l’attention est renforcée, musclée.

Et puis, il se peut qu’après cette période singulière que nous vivons, nous décidions de continuer à nous occuper de votre écologie intérieure et de laisser à notre cerveau des moments pour se régénérer, digérer ce qu’il vit. Cela peut être vrai au bureau aussi : nous pouvons décider de ne consulter nos mails que 3 fois par jour par exemple ou de ne pas regarder notre téléphone portable dès que nous recevons une notification…

Cela peut aussi être vrai dans notre vie personnelle : pourquoi ne pas continuer après le déconfinement à pratiquer ces activités qui nous font tant de bien maintenant ? sans doute pas avec la même fréquence (le temps manquera peut-être) mais au moins de temps en temps.

J’aimerais beaucoup que vous partagiez en commentaire vos pratiques de méditation actuelles, qu’elles soient « actives » ou « passives » ; êtes-vous plutôt cuisine, lecture, boulangerie, jardinage ou tout simplement avez-vous décidé d’être pleinement présent à l’autre lors de vos conversations (ce qui est loin d’être facile, d’ailleurs…) ?  Dites-nous tout, cela donnera peut-être aussi des idées aux autres.

Prenez soin de vous !

Articles recommandés

6 commentaires

  1. En tant qu’enseignante certifiée Zentangle, je ne peux qu’apprécier et encourager ta façon de méditer. Tu parles de ton souhait de passer la certification, la prochaine devrait effectivement avoir lieu en octobre en espérant que nous serons autorisés à traverser les frontières… J’y serai peut-être présente également. Dans tous les cas, j’envisage de proposer d’ici à septembre, un accompagnement en français aux personnes qui souhaitent enseigner et devenir CZT (certified Zentangle teacher), un cursus pré-certification et pourquoi pas par la suite un cursus post-certification. Si cela t’intéresse, n’hésite pas à me contacter. A suivre…

    Quant à la cuisine, c’est plutôt un casse-tête pour moi à cause de mes multiples intolérances alimentaires, je me cantonne aux basiques. Mais comme tu dis, si on y met toute son attention, le bien-être qu’apporte la méditation sera au rendez-vous.

    Ludivine,
    Croquinotes & Gribouillage

    1. Merci Ludivine !
      Intéressante, cette idée d’accompagnement ; à suivre en effet…
      Pour le reste, effectivement c’est d’autant plus compliqué en cas d’allergies alimentaires !
      Mais te connaissant, tu dois avoir d’autres idées méditatives (hormis le zentangle, bien sûr !)

  2. Je partage totalement ta pratique de la méditation et de la nécessité d’envisager l’après-confinement en essayant de conserver certaines pratiques découvertes en cette période de mise entre parenthèses. J’ai moi aussi écrit différents articles à ce sujet sur mon site. Mes activités méditatives actives sont le zentangle et l’art inspiré du zentangle, ainsi que le jardinage. Je n’ai pas un grand jardin, mais je prends le temps pour planter, semer quelques graines, observer ce qui pousse (y compris ce qu’on appelle « mauvaises herbes » car elles ne sont pas toutes si mauvaises!!).

    1. Je comprends ce que tu peux ressentir avec le jardinage, je sais qu’énormément de personnes y trouvent un côté méditatif – en plus du contact primordial avec la nature, dont nous venons. Je ‘y étais pas très sensible jusqu’à présent mais j’avoue qu’avec le confinement j’ai découvert la satisfaction de voir pousser des fleurs que l’on a plantées et de « nettoyer » un petit massif…j’y viens tout doucement et peut-être que ça continuera après le déconfinement…
      En tout cas, merci pour ton partage !
      Je te souhaite un excellent 1er mai
      Bises

  3. Isabelle, quel beau billet! La méditation active se pratique parfois sans même s’en rendre compte. Elle se pratique finalement dès que l’on est dans un moment où toute notre attention est concentrée sur le geste que l’on fait dans le moment et que dans nos têtes les choses se calment ou du moins on y fait moins attention. Nos pensées vont et viennent sans qu’on y attache autant de poids. Quelle légèreté on ressent ensuite d’avoir trouvé ce moment! Des exemples de « méditation active » pour moi sont la marche, la course à pied. Même si nous n’avons pas tous le droit de sortir beaucoup, marcher de manière intentionnelle en faisant attention aux endroits où l’on pose nos pieds, notre respiration, notre rythme et le ralentir consciemment (ce qui est intéressant c’est que cela marche aussi quand on court – mais on d’autres choses sur lesquelles porter notre attention, garder son rythme, trouver sa respiration, faire attention où l’on pose les pieds etc). Et puis en tant qu’enseignante certifiée en Zentangle bien sûr que je pratique la présence au moment avec le Zentangle aussi. Finalement chaque occasion est bonne pour ralentir (même 5 min suffit parfois), respirer lentement et apprécier pleinement le moment. Merci encore Isabelle pour ce billet et j’ai pris plaisir à lire les commentaires l’accompagnant.

    1. Merci Juliette !
      Je te rejoins sur la marche…je la pratique beaucoup – j’ai d’ailleurs écrit un article là-dessus aussi, il y a quelques temps, tu peux aller le voir si cela t’intéresse. Mais en ce moment, comme nous n’avons pas le droit de sortir plus d’une heure, je vais « randonner » sur mon tapis de course en découvrant les joies des séries 🙂
      En tout cas, merci pour ton témoignage, c’est top de profiter des expériences de chacun !
      Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *